Des fantasmes devenant d moins en moins tabou

Il y avait deux ou trois années encore, les libertins ne représentaient que 3% de la population en France. Désormais, avec un certain développement du goût de la liberté sur tous les plants, ce chiffre double ou triple. On n'est plus dans une époque où parler de sexualité se ramène toujours à la vulgarité et la perversité. Cela devient même un sujet intéressant et tendance.

S'ils sont peu nombreux à ne pas cacher leur nature libertine, cette pratique sexuelle figure pourtant parmi les fantasmes les plus secrets de la plupart des gens. Bien sûr, « libertinage » ne signifie pas forcément « échangisme », la notion devient même désuète.

Remplacer la notion d'échangisme à celle de libertinage

De nombreux comportements sexuels entrent dans la catégorie des fantasmes libertine. Et tout le monde ne fantasme pas sur la même chose. En effet, certains couples trouvent du plaisir à admirer un autre couple en pleins ébats sexuels, cela s'appelle voyeurisme. D'autres s'invitent à faire l'amour côte à côte. La pratique mécaniste la plus poussée consiste en l'échange de partenaire.

Pour trouver des partenaires consentants, la plupart des libertins s'inscrivent dans les sites de rencontres coquins. Néamoins, cela devient de plus en plus vieillot. La tendance actuelle c'est les plans torrides dans les clubs ou saunas libertins. D'ailleurs, ce type d'établissement conquiert de plus en plus de villes. Si vous trouvez trop banal vos soirées dans les bars ordinaires, amusez-vous dans les clubs échangistes de saint-etienne. La gent féminine devenue des complies de l'autre sexe dans la sexualité libre, l'échangisme ne se définit plus comme un fantasme misogyne.

Du sexe pluraliste avec plus de femmes consentantes

L'homme, que l'on croyait trôner au summum de la sexualité, perd maintenant sa place ou plutôt partage les rennes avec la femme. Elle revendique une vie sexuelle pleine et entière. Et elle réussit. L'échangisme n'est plus une question de dominant et de dominer change en une aventure à deux. Le mot « libertinage » convient donc mieux. Tout est permis ou presque.

Notons que certaines pratiques demeurent encore interdites dans les clubs privés mécanistes telles que le sadomasochisme. Les gérants de ces établissements veillent à interdire toute forme de violence, érotique ou pas. Pour dire qu'il faut savoir mettre des limites. Cela empêche également que l'ambiance ne vire pas dans la glauque. Si vous deviez choisir un club, vérifiez d'abord les conditions d'hygiène. Être libertin ne doit pas pousser à agir comme des cochons. Et cela crée une mauvaise image de cette pratique.